21.12.07

Underneath the covers.



Donc voilà, je réécris cet article, vu qu'il était court et peu intéressant, et qu'il serait regrettable d'ainsi conclure cette si ... intéressante année 2007 (je cherchais un qualificatif adapté à cette année, mais le mot ne vient pas, et "intéressant", c'est passe-partout). Et les choses dont il traitait font déjà parties du passé, notamment le partie sur Skins : les épisodes sont en VOSTF sur dailymotion, donc vous pouvez en conclure ce que j'ai fait de mes deux derniers jours. Et c'est vrai que c'est fort bien, comme tout le monde l'a déjà dit. Mais il y a quelque chose que personne n'a relevé, et qui pourtant est à mes yeux d'une importance capitale (mes yeux de monomaniaque, vous savez), c'est la présence de Sheepdog de Mando Diao dans l'épisode 8 : c'est beau ça.


Puis comme je continue sur la lignée "vive la Suède" (un jour, je songerai à me renouveler, je vous le promet, mais là maintenant, j'en ai ni l'envie ni la motivation, donc je continue sur ce sujet si vaste et passionnant qu'est la musique Scandinave, qui en ces temps hivernaux me semble plus que jamais ancré dans ce contexte froid), je suis enfin parvenue à télécharger l'album de Johnossi, et c'est vraiment une très belle découverte, encore quelque chose injustement passé inaperçu dans nos contrées Gauloise, que même internet semble avoir des difficultés à désenclaver . C'est marrant, parfois j'ai l'impression de parler de la France comme d'un pays du tiers-monde, je ne sais pas si c'est moi ou mon pays pour lequel il faut s'inquiéter. Probablement les deux. En même temps, nous vivons quand même dans un pays où la vie sentimentale de notre président prend presque plus de place dans les médias que le séjour d'un dictateur invité par ce même homme. Enfin. Je possède une capacité presque impressionnante à divaguer d'un sujet à l'autre sans réel lien apparent. Je parlais de Johnossi, et me voilà venue à Kadhafi, alors qu'ici, je suis plus supposée traiter de musique que de politique : les cours me bouffent tellement les neurones que j'en viendrais presque à oublier mes véritables intérêts (cette phrase est presque ironique). Donc Johnossi (cette fois ci, c'est la bonne!) : ces deux messieurs en provenance de la nation des Krisprolls, plus précisément de Saltsjöbaden (rien que ça), n'ont qu'un seul album à leur actif, mais il est vraiment excellent. Du coup je met deux de leurs meilleurs titres dans la playlist, l'un énervé, l'autre non. Il faut savoir qu'ils ne font pas trop dans "l'énervé", l'album a globalement un son plutôt pop-folk (voir le dernier Mando, en moins arrangé). Quoi que...


J'ai eu le loisir de l'écouter longuement hier lors d'une balade familiale sur les hauteurs de l'Ardèche, ce qui ne fut pas aussi cauchemardesque pour la militante anti-sport que je suis qu'on pourrait le croire, si on fait abstraction de la neige fondue boueuse et du froid. Le vide a parfois son charme, ce qui sauve d'ailleurs pas mal d'endroits de l'ennui total. Il faut aussi que je songe à trouver quoi faire durant ces deux semaines qui se profilent devant moi, puisque la tonne de devoirs généreusement offerte comme cadeaux par nos enseignants ne m'inspire pas plus que ça. On ne fait rien tout le long de l'année, et là, on devrait commencer ? laisser moi rire ! Puis je pense avoir des problèmes plus importants à régler que les interpolations (Banks !) linéaire de ce niaiseux fini de Charensol.



2007 fut étrange. C'est le seul bilan à en tirer, le reste serait trop compliqué à tenter de comprendre.
En attendant, je vous souhaite à tous un très joyeux Noël, malgré tout, et une excellente année 2008, pleine de musique, surtout.

(quelle phrase cliché. Je m'effraye.)

Johnossi - Family Values
Johnossi - Execution Song
Kate Nash - Men's Needs (The Cribs Cover)
Little Man Tate - Lonely This Christmas (Elvis cover)
The Hives - Tick Tick Boom Post Colonization Mix
The Wombats - Is This Christmas (Demo)

Photos : Pelle et Nicholaus dans un esprit de Noël, John et Ossi de Johnossi, et une photo au hasard prise hier.

12.12.07

Au moins aussi sexy que Freddie Mercury en short moule-burnes blanc et bandana rouge.

EDIT : review de Music Is Not Fun + bas

Cet article m'insupportait de par son absence totale d'intérêt et son ton très emo genre "j'en peux plus des cours, j'ai à moitié foiré mon bac blanc, je veux mouriiiiiiiir" (bien que les deux premières parties de cette phrase soient totalement véridique, la troisième, un peu moins, quand même). Puis il y a des choses plus importantes dans la vie. De plus, c'est bientôt Noël (scoop), donc je me dois d'arrêter au moins provisoirement d'être d'humeur dévastatrice en permanence. Et je dois penser à établir une liste définitive de cadeaux (voir les "choses plus importantes dans la vie" ?...)


Mais surtout, il y a cet espèce de coïncidence extrêmement géniale qui me remonte
le moral à fond, un de ces évènements qui vous font littéralement bondir de votre chaise d'ordinateur dans un terrible fracas pour traverser votre maison au triple galop en poussant de petits jappements indéfinissables afin de l'annoncer au plus vite à vos parents : Tom Smith et ses amis donnent un concert au Transbordeur à Lyon le jour précis de votre anniversaire, qui en plus cette année tombe un dimanche (précisément le 6 avril, vous n'avez plus aucune excuse pour l'oublier !). Pour simplifier, ce genre de choses a à mes yeux presque autant d'importance qu'une reformation des Libertines ou un nouvel album des Strokes, puisque Tom, ben ... c'est Tom. Oui, quelle argumentation bidon. Il est normal que je me rétame au bac blanc de français avec un tel sens de l'argument bien senti. Je fermerai cette parenthèse en ajoutant qu'il est de plus fort probable que Hot Hot Heat fasse la première partie. Que direr de plus ? Que je vais prendre mes places dès cet après-midi. (Il s'est mit à neiger, ce qui est inquiétant, car apte à compromettre ma présence au concert de Music Is Not Fun ce soir si le phénomène persistait un peu trop. Re-les joies de la vie en milieu rural, comme dirait notre prof d'espagnol)


Sinon je suis allée voir les Promesses de l'Ombre hier soir, comme le cinéma local accuse toujours un certain retard dans la réception des nouveautés. Et c'était extrêmement bien. Terriblement violent et direct, mais vraiment réussi. Difficile de croire que Viggo Mortensen a 50 ans ... en même temps il est à moitié Danois, ce qui doit conférer quelques pouvoirs magiques ( mais à qui diable fais-je allusion ? ). Absolument pas grand chose du tout à voir, mais coïncidence supplémentaire, son personnage se nomme Nikolaï. Non, je ne ramène pas toujours tout à eux.


Bref. Cet article sera probablement édité.


Foals - Brazil is Here !
Jack Peñate - 1,2,3,4 (Feist Cover)
Lightspeed Champion - Happy New Year (ABBA Cover)
Joe Lean & The Jing Jang Jong - Where Do You Go
Amy Winehouse - Rehab (Hot Chip remix)
Late Of The Pier - Random Firl
Animal Collective - Grass

En effet, voici l'edit tant attendu ! (humour)
Hier soir, j'ai eu le grand plaisir d'aller voir Music Is Not Fun au Mistral Palace, salle de concert Valentinoise qui a ouvert très récemment. Et ce fut une très belle surprise, car le concert s'est avéré excellent.
Je suis arrivée à Valence en milieu d'après-midi, et me suis très logiquement dirigée vers la Fnac, vu que c'est un lieu où je me sens globalement bien ( sauf quand je manque de faire un arrêt cardiaque parce que je trouve une compilation tecktonik au milieu du bac Pixies, mais ça, c'est une autre histoire), et qu'il faut bien tuer le temps pendant que mon père se creuse la tête pour trouver un appareil photo numérique convenable à offrir à mon petit frère pour Noël ... bon, si jamais ce jeune imbécile lit ce blog, j'aurai fait une gaffe, mais tant pis, il s'en doute.
J'écoute la quasi totalité du rayon indé, puis, comme d'habitude, je demande à un vendeur s'ils n'ont pas un album de Mando Diao qui traine quelque part, question devenue une habitude, et rencontrant à chaque fois une réponse négative. Et en effet, il n'y avait pas (plus ?) d'album de Mando en rayon, néanmoins le vendeur a causé chez moi un grand choc émotionnel : "En plus il est vraiment génial cet album ... on a jamais les meilleurs, c'est désespérant".
Pour parler familièrement, j'étais sur le cul. Non seulement il connaissait mais en plus il aimait. Je dois être bien trop impressionnable.

Mais tout ceci n'a que peu de rapport avec la suite : je vais donc au mcdo histoire de prendre, heu, des forces, où je retrouve Ivanne, Sabine, Anne Sophie et Aurélie, collègues du club journal au Gaby Times (il tue ce nom). On blablate, et on se dit que ça serait quand même fort bien si on pouvait les interviewer ces Music Is Not Fun.
Donc on note 5/6 questions à leur poser "au cas où" sur mon portable, parce que comme on est très professionnelles, on n'a ni papier ni stylo. Un peu avant 8 heures, nous nous dirigeons vers la salle, où je retrouve mon paternel, qui vient donc lui aussi au concert. On entre, et on se positionne bien devant la porte de la salle, parce qu'on est très motivées. On fini par rentrer, et là, bonheur, on est contre la scène, qui n'est surélevée que d'une vingtaine de centimètres. 1° partie, les Décibelles, trois filles qui citent les Hives dans leurs influences, mais aussi Sum 41, ce qui est quand même vachement moins glamour. Enfin, c'était sympathique mais pas génial, surtout qu'on entendais absolument pas la chanteuse sur les premiers titres ("Putain, on voit sa culotte !" -Yvanne...).
Julien des MINF rentre plusieurs fois dans la salle pour venir voir le concert, ce qui provoque à chaque fois un grand nombre de coups de coudes de la part de mes voisines "Regarde ! je te dis regarde !". Notre attitude extrêmement immature le fait sourire, donc tout va bien. Fin de la première partie, nous devons sortir de la salle le temps qu'ils installent le matos des MINF. Nous sortons en dernières afin de pouvoir rentrer en premières, car nous sommes plus motivées que jamais, et faisons office de portières. Il faut signaler qu' Ivanne a d'ailleurs écrasé Lucas le batteur contre le mur, et que je lui ai indiqué où étaient les toilettes ( à Lucas ). Genre je sert à quelque chose. Mais trêve de futilités, le concert va reprendre, et nous retrouvons notre excellente place. J'ai récupéré la setlist, que je scannerai dès que mon imprimante reviendra à la vie. Valentin, le bassiste, pète une corde dès la deuxième chanson, mais on ne lui en voudra pas, il a très bien joué malgré tout. Julien en fera de même un peu plus tard avec sa guitare.

Pour HP (Please), peut être bien ma favorite, Lucas prend le micro, et se tient précisément comme Liam Gallagher quand il chante. Je lui fais remarquer après le concert, et se dit très flatté de la comparaison, avant d'ajouter qu'il devrait peut être songer à changer de position, pour ne pas faire trop "copie". Absorbée par ce spectacle, je ne repère pas le micro de Julien qui est entrain de se casser la gueule et m'assomme à moitié. Avant même que je ne comprenne que je me suis pris le pied de micro, je me retrouve nez à nez avec Julien qui semble tout désolé (alors que c'était loin d'être insurmontable comme douleur) et me demande si je veux un bisou. Question rhétorique, genre je vais répondre non.
Plusieurs fois, des mouvements de foule me pousse à me retrouver à genoux sur la scène, le public étant plutôt remonté et très démonstratif, et je remet à chaque fois consciencieusement le retour de Guillaume en place.
Le concert s'achève avec In My Street, 13° titre de la soirée, et le groupe rejoue Dirty Little Secret en rappel, sous les acclamations et cris suraigües du public.

Alors que ces messieurs sont entrain de débarrasser la salle, nous prenons notre courage à deux mains et allons demander si par hasard, ils auraient pas 5 minutes à nous accorder pour une interview. C'est Sabine qui prend la première la parole, et Valentin nous répond que à peu près que "ça serait génial, pas de problème, super cool, ouais ouais, par contre on va attendre que les gens partent un peu". Comme on ne s'attendait pas vraiment à une réaction aussi enthousiaste, nous sommes ravies, et décidons de rester jusqu'à ce qu'on so
it parvenu à la faire, cette interview. En attendant, on passe au stand de merchandising, où Lucas demande au gens s'ils ont apprécié le concert, et où mon père, qui a vraiment beaucoup aimé le concert, m'achète leur EP, leur single promo et des badges, parce que "il faut les soutenir ces petits jeunes, ils ont bien du mérite par les temps qui courent". Je me dois au passage de souligner la patience paternelle, qui aura attendu sagement deux heures qu'on l'ait cette interview, et qu'on ait fini de se faire prendre 36 fois avec chaque membre du groupe. On fait signer toutes nos acquisitions, et on parle longuement avec Valentin, jeune homme extrêmement loquace et sympathique, qui prend le temps de nous expliquer ce qu'est précisément Manchestooch,et qui veut l'adresse de mon coiffeur (les gens ont pour habitude se rire de mes cheveux, et ce depuis des années). On va ensuite causer à Julien, qui nous annonce fièrement la bonne place du groupe au top indie de Myspace, devant Rachid Taha et derrière les Dodoz et les Hushpuppies, et qui décrète que nous devrions prendre une "photo Myspace de groupe" (voir à gauche), et se ré-excuse pour l'épisode du micro, bien que décidément, je ne lui en veux pas le moins du monde. Il nous parle des débuts du groupe, et nous, nous écoutons religieusement, et partageons sa bière. Puis, Guillaume sort de sa cachette, et nous décidons donc d'aller lui taper la causette. Il est également très cool, et moins timide qu'il en a l'air au premier abord. Il me remercie de mon professionnalisme face à la gestion du cassage de gueule régulier de son retour, et je me dis que j'aurais donc servi à deux choses ce soir là : maintenir les amplis et indiquer les toilettes au batteur perdu. Presque fière, quoi. On en profite pour lui poser les questions de notre interview, car on commence à comprendre que de les avoir tous les quatre réunis, ça ne sera pas du gâteau. Je lui pique alors son stylo et écrit les réponses à nos questions (inspirées) au dos de la set list, seul papier sous la main à ce moment là. On apprend plein de choses passionnantes, mais pour en savoir plus, achetez le prochain numéro de Gaby Times (je ne perd pas le nord) !
On le laisse après vaquer à ses occupations, et parvenons enfin à décrocher Valentin de trois groupies au look que je qualifierai de particulier et qui semblaient ne pas en vouloir qu'à ses talents de bassiste afin de lui poser des questions. Il veut d'abord que nous allions dans la loge, mais celle ci étant bondée, on fini par s'installer sur une petite table du hall. On recommence avec nos questions notées sur mon portable, et on utilise des flyers pour noter les réponses, la set list étant désormais insuffisante face au flot de paroles auquel nous sommes confrontées. A un moment, mon portable se met en veille, affichant ainsi Carl Barât dans toute sa splendeur. Valentin repère la photo et me pique mon portable, le montrant à Lucas qui l'a désormais rejoint dans l'interview : "T'as vu comme il a la classe Carlos !" . Car les MINF sont fans des Libs. Aaah. Mais tout ça, c'est dans l'interview.
Flemme de compléter. Je rajouterai juste cette photo (->) comme nouvelle pièce du dossier, et c'est en provenance de : Genre niaise, mais complètement.



"Tu vas quand même pas prendre ça ?!" (Lucas et Valentin, très proches)

30.11.07

Go To The Record Store

Le mois de décembre s'amorçant, il est grand temps de faire un bilan sur tout ce qui s'est fait en matière d'albums cette année ... premier constat : 2007 fut un beau crû.

Je vous demande simplement de sélectionner vos 5 albums favoris, (le premier album choisi obtenant 5 points, le deuxième 4, le troisième 3, etc ...) afin de pouvoir établir un classement, et de désigner l'album de l'année.
Evidemment, la liste suivante est loin d'être exhaustive ... vous pouvez tout à fait voter pour un album qui n'y apparait pas.




!!! - Myths Takes
1990s - Cookies
Air - Pocket Symphony
Amy Winehouse - Back To Black
Animal Collective - Strawberry Jam
Arcade Fire - Neon Bible
Arctic Monkeys - Favourite Worst Nightmare
Babyshambles - Shotters Nation
Beirut - The Flying Club Cup
B.R.M.C. - Baby 81
Bloc Party - A Weekend In The City
Bright Eyes - Cassadaga
Calvin Harris
- I Created Disco
Clap Your Hands Say Yeah! - Some Loud Thunder
CocoRosie - The Adventures Of Ghosthorse & Stillborn
Cold War Kids - Robbers & Cowards
Devendra Banhart - Smokey Rolls Down Thunder Canyon
Digitalism - Idealism
Editors - An End Has A Start
Elvis Perkins
- Ash Wednesday
Good Shoes - Think Before You Speak
GoodBooks - Control
Hard Fi - Once Upon A Time In The West
Hot Hot Heat - Happiness Ltd
I'm From Barcelona - Let Me Introduce My Friends
Interpol - Our Love To Admire
Jack Peñate - Matinée
Jamie T
- Panic Prevention
Jarvis Cocker - Jarvis
Justice - Cross
Just Jack - Overtones
Kaiser Chiefs - Yours Truly, Angry Mob
Kings Of Leon - Because Of The Times
Klaxons - Myths Of The Near Future
Larrikin Love - Freedom Spark
LCD Soundsystem - Sound Of Silver
Mando Diao - Never Seen The Light Of Day
Maxïmo Park - Our Earthly Pleasures
M.I.A. - Kala
Mumm-Ra - These Things Move In Threes
New Young Pony Club - Fantastic Playroom
Of Montreal - Hissing Fauna, Are You The Destroyer
Patrick Wolf - The Magic Position
PJ Harvey - White Chalk
Pop Levi - The Return To Form Black Magic Party
Queens Of The Stone Age - Era Vulgaris
Radiohead - In Rainbows
Reverend & The Makers - The State Of Things
Rita Mitsouko
- Variety
Rufus Wainwright - Release The Stars
Ryan Adams - Easy Tiger
Shitdisco - Kingdom Of Fear
Simian Mobile Disco - Attack Decay Sustain Release
Spoon - Ga Ga Ga Ga Ga
The Bishops - The Bishops
The Bravery - The Sun & The Moon
The Chemical Brothers
- We Are The Night
The Coral - Roots And Echoes
The Cribs - Men's Needs, Women's Needs, Whatever
The Enemy - We'll Live And Die In These Towns
The Go! Team - Proof Of Youth
The Good, The Bad & The Queen - The Good, The Bad & The Queen
The Gossip - Standing In The Way Of Control
The Hives - The Black& White Album
The Horrors - Strange House
The National
- Boxer
The Pigeon Detectives - Wait For Me
The Rakes - Ten New Messages
The Tellers
- Hand Full Of Ink
The White Stripes - Icky Thump
The Wombats - A Guide To Love Loss And Desperation
Tiny Masters Of Today - Bang Bang Boom Cake
Twisted Charm
- Real Fictional
Two Gallants - Two Gallants
Yeti - Yume !


Les votes s'arrêtent le 31 décembre à minuit ! (ça donne un côté sérieux à la chose)

23.11.07

Tu laisse ma situation critique de junkie de base en paix, je suis entrain d'essayer de comprendre.

La semaine parue interminable, et pourtant voilà enfin le week end. Pour fêter ça, un bel article de banalités/anecdotes/n'importe quoi, puisque nous nous sommes érigés comme les chefs de file du N'importequoisme. Ravissante perspective, n'est-il pas ? EDIT : playlist plus bas.
Puis, faisant preuve d'une certaine lucidité quand à la chiantissité (néologisme) de tout ça, voilà un résumé de ce qui ce dit ci dessous, vu que je ne sais toujours pas être concise, et que vous ne souhaitez peut être pas perdre votre temps : Je hais la sport, mon prof d'Histoire est hype, il fait moche, je vais voir Music Is Not Fun, je traumatise mes collocs, je suis incompatible avec le Bouddhisme, je m'ennuie, j'écoute de la musique. Yep, tout ça.

Lundi, on eut droit à un cours de danse où nous aurons constaté la mutation de certaines en mini-Chabal en puissance. Particulier, mais distrayant. Le seul aspect intéressant du sport pour moi, c'est sa violence. C'est pathétiquement drôle .
On aura fixé son prof de maths droit dans les yeux avec un sourire crispé de psychopathe pour lui faire comprendre qu'une heure de colle serait une sanction disproportionnée par rapport à notre prétendu manque d'attention en cours. Et on s'en sera finalement tirée avec juste un petit exercice en plus, parce que manifestement, on était convaincante dans le rôle de la pauvre petite innocente.

Mardi, c'est la grève. Le prof d'Histoire en profite pour nous mettre un DS en partie consacré à Freud. C'est d'ailleurs le seul prof présent, mais nous l'avons pour 5 heures. On peut donc se consoler avec le fait qu'il fait bien son boulot.
L'après midi, c'est les TPE, et deux de mes 3 camarades n'ont pas jugé utile de venir au lycée, et le 3° jugera plus astucieux de simplement sécher l'heure. Ce qui se traduit par "je me suis retrouvée seule et malheureuse avec rien à faire car on a lâché notre thème". On peut aussi en conclure que du coup, il m'a semblé tout naturel de lire rock&folk pour m'occuper, puisqu'on me l'a gentiment proposé. Ce qui a attiré l'œil de notre cher enseignant :
"Ah, lui je vais peut être bien aller le voir en concert à Lyon ! " (en pointant Pete sur la couverture)
"Hein ? mais c'est sold out!" (ma réponse option "interloquée")
"Oui, mais j'ai un ami qui bosse là dedans, donc je peux avoir des places en fait"
(inspiration de ma part:)
"Vous pouvez avoir des pass backstage ???"
"Pourquoi, quelque chose de particulier à y faire ?" (air suspicieux du prof m'observant)
"Non !!!" (pour qui vais-je passer ?)
Tout ça pour conclure que mon prof d'Histoire me voyant hurler "Dreeeew" dans mon milieu naturel, ça pourrait s'avérer compromettant pour mon intégrité d'élève.


(Aaah quand même, Drew)

Le mercredi, il se produit des évènements surnaturels : j'obtiens un 17 en Physique. J'ai en premier lieu misé sur la myopie sévère de la prof, mais non, ça paraissait bien réel. On se demande bien pourquoi il s'est ensuite mit à pleuvoir pendant deux jours.
Le midi, je marche 20 minutes sous la pluie dans l'espoir de prendre un train pour Valence afin d'aller quérir le nouveau Mando et mon mp3 qui vient d'être réparé. Enfin. Sauf que le seul train de la journée passera en fin d'après midi, ce qui aura fait naitre en moi une haine profonde pour la SNCF. Même le fin fond de la France pâti des grèves, qui aurait crû .
Heureusement, il reste une occupation: rédaction d'articles au club journal du lycée (oui oui, deux critiques de disques), et j'y ai fait connaissance avec des fans des Strokes, c'était plaisant de pouvoir avoir des conversations normales de type " Et alors ton titre préféré, c'est lequel ? moi je préfère leur dernier album", avec des personnes qui réagissent de la même façon que vous à la mention du prénom "Julian".
Par la même occasion, on apprend le passage de Music Is Not Fun à Valence.
on finit par un débat : "les QOTSA, metal ou non ?" réponse : "Stoner".
Le soir venu, on trouve le moyen de finir la terrible dissert de français qui aura monopolisée facilement 10 heures de notre vie. Ce fut douloureux. Heureusement, j'ai eu droit à un coup de téléphone de Camulsa Ikea Von Krisprolls, bonne âme toujours prête à secourir une pauvre kirkissienne dans la détresse psychologique, coup de fil pendant lequel nous avons entre autre disserté sur la pilosité du torse de James Righton, ce qui a je crois encore une fois passablement perturbé mes colocataires, vu la tête qu'elles faisaient.

Le jeudi, on se cultive en se rendant au cours de culture générale sur le Bouddhisme, ce qui nous amène à des questions cruciales : comment un bouddhiste peut-il se rendre dans une Fnac sans renier ses préceptes religieux, et détruire tous ses désirs ? A priori, le bouddhisme est à éviter dans mon cas.
En Anglais, certains se prennent pour des actrices porno polonaise, et d'autres pour des prêtres peu à cheval sur les principes. Schizophrenia rulezzz.
Le soir venu, je parviens à me faire enfermer dans l'internat 1/4 d'heure da
ns le noir, histoire de ne pas se faire repérer. Expérience enrichissante

Vendredi, donc aujourd'hui ... 3 heures d'Anglais, pendant lesquelles il aura fallut une bonne demie heure pour corriger 10 lignes d'un texte à traduire. Suis ressortie du cours avec une terrible envie de sécher Anglais à vie. De plus, aucun bus pour me ramener à Lamastre avant 17h30, ce qui me laissait 6 heures à occuper. Donc on squatte le lycée, le café, le devant du lycée, le parking George Brassens, on s'ennuie très fortement, il fait humide, puis ça sent mauvais partout où on va (quand on est de mauvais poil, tout pue ). Puis nos amis sont dans un état pas net.
Le soir on arrive chez soi, et on se dit qu'on a vraiment rien envie de faire. Alors on écrit un article. Sans
avoir une seule idée de chose à classer dans une playlist. Donc comme d'habitude, on s'excuse, et on demande un peu de patience.

Le samedi, on va à Valence, on fait presque un caprice (même presque carrément) parce qu'on ne trouve pas l'album de Mando pourtant promis par les vendeurs il y a un mois, donc notre père a pitié de nous et nous offre l'album des Wombats, parce que sinon on risque d'être ultra malheureuse pour une durée indéterminée. On récupère Björn, le lecteur mp3 enfin réparé. Et on prend ses places pour Music Is Not Fun. On essaye de comprendre pourquoi Lastfm diminue régulièrement le nombre de titres écoutés, mais on ne comprend pas. Quelqu'un saurait-il expliquer ce phénomène étrange ?


Bien, voilà donc (enfin?) la mini-playlist pas inspirée. Le titre des QOTSA est une des faces B de Make It Wit Chu, qui est définitivement une putain de chanson. Celui des Libs, c'est un bien vieux, jamais paru mais beau, très beau. Celui des Strokes, c'est un de leurs trois Unknow, parce qu'en fait, j'ai retrouvé le dossier sur mon ordi qui contenait toutes leurs démos et titres non paru. Dossier égaré depuis peut être un an. Et qui montre bien que j'ai dit une connerie l'autre jour : en fait leurs titres rares sont plutôt nombreux. Pour Jack Peñate, c'est son dernier single si je ne m'abuse. Je voulais mettre autre chose, mais ma mémoire m'a fait défaut.

The Libertines - You're My Waterloo
The Strokes - Unknow 1
Jack Peñate - Have I Been A Fool
Queens Of The Stone Age - White Wedding

14.11.07

My - My - My - My Mustang Ford !


Après avoir longuement pesé les pour et les contres, je suis arrivée à la conclusion qu'il était probablement moins chiant de se lever le jeudi matin aux alentours de 5h30 que de passer son mercredi après midi à l'internat. Encore, l'année dernière, cette situation était vivable car je pouvais aller au cinéma devant le lycée, mais tristement, ce petit cinéma a renoncé à ses séances des après midi, abandonnant à leur triste sort les gens comme moi. Puis mes parents traversent une phase d'indulgence qui fait qu'ils ne me débranchent plus le web de manière systématique à mes retours au bercail, ainsi, mes mercredis se retrouvent occupés.

Enfin, qu
and je dis occupé ... tout est relatif. Je "no-lifise" tranquillement, entre les blogs, les forums, les fan-fiction des Libertines (certes, ça peut paraitre profondément stupide, mais c'est un de mes péchés mignons, mon petit côté niais, un peu dissimulé mais bien présent), et aujourd'hui la redécouverte de mes cds de Bsides de Robbie Williams. Oui, vous avez bien lu.

J'avais déjà exposé ce fait dans TQID épisode 1, mais si vous êtes néophytes ... enfin tout ce qu'il y a savoir, c'est que ce monsieur a joué un rôle maje
ur dans mon éducation musicale, m'introduisant à tout ce qui est pop/rock britannique, et que je possède tous ses albums, même le plus récemment parut. Tout le monde n'a pas eut la chance d'avoir un grand frère ou une grande soeur là pour leur dire que "non, il y a en matière de musique des trucs à éviter" et capable de vous introduire à la musique au travers d'une discothèque fournie (je pense à mon petit frère). C'est donc seule que j'ai du franchir cette cruciale étape de ma vie, et avec donc Robbie Williams comme référence. Et encore aujourd'hui, je réécoute de temps à autres ses vieux cds, dans des moments terribles de nostalgie, tout en continuant à trouver de vraies qualités à la plupart de ses titres, parce que je ne peux pas nier à quel point j'aimais ça, et que ce n'est pas si lointain dans l'absolu. Puis je pars du principe que d'en être venue au rock à partir de lui, c'est mieux que d'y être parvenu par, au hasard, Tokio Hotel, donc je n'ai pas de honte à me livrer à de telles confidences. Tout cet accès de nostalgie à cause d'une chanson à la radio, oui.
D'ailleurs, je tenais à incorporer à la playlist deux de ses titres, méconnus et loin d'être médiocres. Si la curiosité vous prend ...

Bien, comme j'ai à coeur de faire bref cette fois ci, j'ajouterai simplement que ce matin, pendant mon heure et demi de SVT (durant laquelle la prof s'est longuement extasiée de constater que nous n'étions pas des cancres total : "des annales du Bac ! j'en avais jamais vu chez un élève de 1°L ! Pas même chez les ES !"), j'ai eu le loisir d'écrire ma théorie sur Tom Smith, comme la correction de mon contrôle fut rapide (non non, en aucun cas bâclée. Hum). Je soupçonne la prof d'avoir de la sympathie pour moi en grande partie à cause de mes vétérinaires de parents. Elle doit y avoir un intérêt, c'est la seule explication logique pour expliquer qu'une prof de SVT m'apprécie.


Enfin, toujours est-il que la-dite théorie risque de se retrouver en ligne un de ces jours (voir plus bas !)
C'est suspect tout ça.


The Rapture - Love Is All
José Gonzales - Teardrop
Robbie Williams - Do Me Now
Robbie Williams - Lonestar Rising
Bombay Bicycle Club - Sixteen
Editors - The Racing Rats

(cet article est remarquable de par son manque d'intérêt global, et je m'en excuse. Je ferai mieux la fois prochaine )
"Juliet, renouvelle toi"

EDIT :
Je préviens qu'il n'y aura probablement pas d'autres articles ce week end, puisque je pars demain dans l'après midi jusqu'à dimanche midi (à peu près). Et qu'il serait souhaitable que je travaille, ne serait-ce qu'un peu.
Sinon, si vous voulez voir James Righton sur Xavier de Rosnay, c'est par ici.

9.11.07

"JC saved my life." "Ah bon, tu crois en Dieu ?" "En quelque sorte."


Retour en cours ce mercredi, et ce pour effectuer une journée de vendredi, comme notre lycée a eut la grande idée de nous faire rattraper un vendredi du mois de mai pour nous permettre de faire la pont de l'ascension. Quelle grandeur d'âme de la part de notre proviseur.

Je vais donc passé en revue quelques faits ayant émaillé cette courte semaine, certes peu passionnante, mais c'est ça ou je déblatère sur les cheveux de Tom Smith, ce qui risque de s'avérer très ennuyeux (cette menace est je l'espère suffisante, partant du principe que mes théories sur les cheveux d'un musicien ne peuvent intéresser que ma personne dérangée).

Notre prof d'Anglais s'est décidée à organiser un voyage d'une semaine à Londres pour notre classe, ce qui est a priori une perspective réjouissante, sauf que ce voyage risquerait d'avoir lieu la semaine du 15 Janvier, donc problème, parce que Pete. Nous commençons donc une campagne de pression psychologique pour que le voyage ait plutôt lieu en mars (comme nous sommes 3 de la 1°L à nous rendre au Transbordeur pour les Babyshambles. Et tant pis pour ceux qui partent déjà à Venise, leur dilemme n'est pas aussi cruel que Babyshambles VS Londres.


Ensuite... nous avons accueilli cette semaine un nouvelle élève dans notre classe, qui se trouve être norvégienne. Je dois vous dire que je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander si elle connaissait les Hives au bout d'une heure de cours (oui, je sais, gros cliché "Scandinave donc connait forcément Pelle". Mais j'aime bien les clichés), et la réponse fut positive. On va bien s'entendre, je le sens, si elle ne me catalogue pas comme psychopathe.

(je voulais vous informer que je tente de rédiger cet article avec justement les Hives très fort, donc ça n'est pas aisé.)

A part ça ? nous avons repris nos habitudes dans les cafés tournonnais, puisque c'est le milieu naturel des élèves de L, presque à égalité avec la salle de français. A deux reprises, je suis donc passée pour une bizarre : quand nous avons fait une séance de photos émos à L'Atelier (café des jeudis en général), et quand je me suis postée toute seule sur une chaise devant la télé du café du théâtre (café des autres jours, car plus proche du lycée), parce que MTV Pulse avait eu la belle initiative de passer le clip de Make It Wit Chu, dernier single en date des QOTSA, et qu'un peu de bonne musique chaque jour permet de tenir le coup en attendant que mon fidèle lecteur mp3 revienne à la vie entre les mains du service après vente de la Fnac.

Sinon, l'internat est toujours un endroit assez ennuyeux. La solution de la semaine pour lui redonner un peu de vie est d'emprunter un poste CD pour animer l'étage en passant un peu de BRMC à un volume conséquent. Ensuite, prenez un air parfaitement innocent et détaché tout en
déambulant dans le couloir, porte de la chambre ouverte pour que tout le monde en profite et comprenne que c'est bien de chez vous que s'élève la voix plaidant "I just neeeed some aaaair".
Etrangement, personne ne s'est plaint. Je me demande si en fait je ne fais pa
s simplement peur aux autres internes.
Mais rassurez vous, ce genre d'attitude profondément mesquine ne me prend
qu'assez rarement. A l'occasion, je m'estime même vivable, même pour les mini pouffes au maquillage appliqué à la truelle de l'internat.

(Je viens d'avoir
Magick des Klaxons au téléphone, grâce à cette chère Camulsa. C'était beau. Après les Wombats la semaine dernière, les pouets cette semaine. Les concerts téléphoniques contre l'isolement rural... Voilà une belle idée .)

J'ai donc perdu le fil de ma pensée. Ce qui me fait un prétexte pour parler musique. J'espère que vous pardonnerez la mini playlist pas superbement inspirée qui sera rattachée à cet article, mais le fait est que j'ai un peu trop écouté First Impressions Of Earth ces derniers temps, ce qui entraine une sensation profonde de blasement (ce mot existe, oui oui), et entraine une tendance à trouver tout fadasse. C'est passager mais un peu handicapant . Je crois que je viens seulement de comprendre à quel point j'adorais Electricityscape, après bientôt deux années d'écoutes de FIOE. Je suis quand même ultra longue à la détente.

(Là c'est It's Not Over Yet. Camulsa crie très fort, mais la chanson conserve toute sa grandeur. N'ayons pas peur des mots, les Klaxons, c'est pas n'importe qui.)


Donc je disais, parlons musique : le NME vient de publier sa cool list annuelle, qui avait vu l'année dernière le sacre de Beth Ditto... et cette année, c'est Frank Carter, le truc roux à la tête de cette chose hurlante nommée Gallows (vous ne connaissez pas ? je vous envie. Vous voulez connaitre ? Youtube est là, mais je vous aurez prévenu), qui décroche le titre. Je suis très très dubitative. Il est vrai que ce classement n'a pas vraiment d'importance, mais j'aime beaucoup les classements débiles, car j'y trouve toujours quelque chose à redire, et comme j'aime beaucoup me plaindre... Bref.
Jamie Pouet est deuxième. Simon 27°. Je suis d'humeur à parler pouet du coup. Il y a aussi Patriiick quelque part dan
s ce grand fouillis .

Revenons en au fait, la playlist : ce n'est que très récemment que j'ai décidé de porter de l'attention aux Young Knives, groupe dont j'étais totalement passée à côté, et dont le dernier titre, Terra Firma, se révèle assez addictif. Même gen
re de considération par rapport aux Cribs, bien que ces messieurs tiennent un discours assez stupide sur l'éthique du rock indépendant qui me les avait rendu peu sympathiques. Oui, pas de rapport.


Cet article virant dans le grand n'importe quoi, je m'arrête là.
Une dernière chose : De La Bombe Bébé. o_o

The Young Knives - Terra Firma
Reverend And The Makers - Sex With The Ex
Albert Hammond Jr - Back To The 101 (version alternative)
Mando Diao - I Don't Care What The People Say
The Cribs - Don't You Wanna Be Relevant
Sigur Ros - Hljomalind

on a souligné que je n'avais pas commenté les photos : donc dans l'ordre, nous avons aujourd'hui Jon McClure des Reverend And The Makers, Tom Smith, les Pouets, et enfin le spécimen "cool" des Gallows. Voilà.

5.11.07

They're Just Narcissist

Voilà.

Après une tragique issue à TheQueenIsDead version 1 sur Skyblog (Ai-je besoin de ressasser ce sombre épisode de ma vie, peuplé d'affreux tecktonikeurs et d'3m0 ???), je reviens sur Blogspot, car un abandon du monde des blogs aurait signifié la victoire des vilains hackers, et je préfère tenir tête. Puis c'est marrant un blog, et je suis sure que ça m'aurait atrocement manqué.

Bon, comme il faut bien commencer par quelque chose, je me vois obligée de me présenter à nouveau, bien que vous soyez surement nombreux à déjà me connaitre (un peu) de par mon précédent blog. Ces quelques informations permettront je l'espère aux néophytes de mieux comprendre les articles qui suivront, car j'ai une certaine tendance à la confusion.

Donc voilà, je m'appelle toujours Juliet, j'ai toujours 15 ans.
Je suis actuellement en 1°L au lycée Gabriel Faure de Tournon, en Ardèche ("the place to be" quoi). Je n'ai jamais vraiment apprécié la vie à la campagne, où j'ai une forte tendance à me sentir hors-sujet. C'est un endroit un peu loin de tout, où il ne se passe à peu près rien, et la vie y est par conséquent rarement passionnante, sauf si vous êtes retraité et que le jardinage est votre idée du fun.
Je relativiserai en signalant qu'on y trouve quand même quelques personnes bien : je citerai les dénommées Laurie et Alicia .
Ah, j'allais oublié : je suis interne, donc je ne publie d'articles que le weekend, sauf quand la flemme me pousse à rentrer chez moi le mercredi, et que j'ai de l'inspiration.

Rien à voir, mais j'entretiens un amour débordant pour la musique, et mes favoris sont les Strokes, que j'ai eu le bonheur de voir en live (le genre d'évènement qui vous conditionne une vie quand on est un peu mono-maniaque). Ils sont peut être un choix peu original, mais toujours est il que je leur dois tout (j'ai la sensation de me répéter). La plupart du temps, mes articles sont (et continueront à l'être) accompagné d'une petite playlist, pour partager cet encombrant amour, et que j'aime à m'adonner au prosélytisme musical. Je suis membre du KIR KIS, une association à but non-lucratif, visant à spreader le Swedish Love. Je suis un peu dérangée, mais seulement un peu.
Ne soyons pas trop dur envers nous-même.

Bon... si vous avez des questions, n'hésitez pas, je suis là pour y répondre. C'est presque solennel tout ça !

Image : tant qu'à verser dans le narcissisme ... vous connaitrez ma sale tronche !
oui, ça vous fait une belle jambe.