26.12.11

Go On And Have A Laugh

(Edit du 9/04/12: Ok donc j'avais ça dans mes brouillons depuis 4 mois, je l'avais pas publié parce que j'étais embarrassée pour moi même en me relisant mais bon tant pis, vous en faites ce que vous voulez et merde.)


N'ayant actuellement pas grand chose à faire de mes journées à part réviser ma grammaire et ma stylistique, je vous propose un bilan de mon année musicale. Je suis incapable de faire des tops cette année, donc c'est essentiellement un aide-mémoire vaguement chronologique. Aussi, je me suis rendue compte en rédigeant tout ça que je sais plus trop ce que j'ai fait de la première partie de l'année, je devais être un peu en fin de course et du coup je dois faire un blocage psychologique sur cette période. On va donc admettre qu'il n'y a pas eu de mois de janvier et de début février.



2011, c'était pour moi:


- Les 16 minutes 46 de Lost Highway de Joensuu 1685, premier titre parfait de l'année.

- Ecouter Weekend en boucle pendant quelques jours, spécialement l'enchaînement Monday Morning / Monongah, WV. Etre ensuite capable de placer la bourgade du même nom sur une carte des US.

- Zonoscope et Cut Copy au Nouveau Casino en Mars. Sur environ 100 sets vu cette année, j'ai constitué un top 3 très sommaire: y'a eux, Matthew Dear et les Rapture. Toute personne présente au Nouveau Casino ce soir là pourra témoigner, on a rarement autant dansé avec les bras.

- Les 15 minutes 5 de leur Sun God, runner-up pour le titre de morceau parfait de l'année.

- Voir The Radio Dept. pour la première fois, puis passer le reste de l'année à les écouter dès qu'on ne sait pas quoi mettre d'autre. Les revoir dans leur milieu naturel début août. Ecouter The Worst Taste In Music au moins une fois par semaine quand c'est pas 3 fois par jour.

- Re-tomber en amour avec Kurt Vile, remplacer la monomanie Hunchback par une monomanie Society Is My Friend. Considérer un instant la possibilité de se faire pousser les cheveux pour, comme lui, pouvoir se cacher derrière, et les raser à nouveau. Regretter de pas traîner plus dans les petites rues de Paris.

- Voir enfin Peter Bjorn and John, récupérer une grosse main bleue en mousse à 3 pouces, les entendre jouer la quasi totalité de l'excellent Gimme Some et gagner un câlin d'ours de Björn (see what I did there?) à la fin, probablement parce que j'avais du dire un truc un peu niaiseux dont moi seul possède le secret et que ça a touché son coeur froid de viking barbu. Je suis un peu l'embarras de mes potes parce que quand on me retient pas je dis des trucs parfaitement compromettant pour mon intégrité aux musiciens (pour pas que mon jeu de mots suédois se perde, sachez que Björn ça veut dire ours à la base, voilà voilà)

- Les Queens of The Stone Age jouant leur premier album en entier, avec en bonus le déguisement de prêtre de Josh Homme. Dans le public tout le monde était content et portait des tshirts de groupes. Il faut savoir que l'ambiance d'un concert est généralement proportionnelle au nombre de gens en tshirts de groupes, c'est presque scientifiquement prouvé. Donc là c'était très très bien.

- Aller à la Villette Sonique avec les potes, rien écouter sérieusement à part peut être Caribou mais faire une excellente sieste dans l'herbe. On peut pas toujours être super impliqué dans ce qui se passe.

- On a affronté la Flèche d'Or en juin pour voir The Rural Alberta Advantage. Parvenir à survivre dans une salle à + de 50°C et voir en récompense l'une des meilleures performance live de l'année, c'était cool. Ils ont fini leur set au milieu du public, j'ai observé ça en grimpant sur la scène pour pouvoir prendre des photos et c'était très joli et j'ai fait plein de sourires.

- Plus tard dans le mois, collecter du postillon de Matt Shultz de Cage The Elephant en montrant que je connaissais toujours les paroles d'In One Ear par coeur. C'était beau, on a remis ça à Rock en Seine en août, c'était moins intime mais plus physique. Chialer sur Shake Me Down, systématiquement.

- La vidéo de Still Life des Horrors, vue pour la première fois en pleine nuit dans mon hamac.

- 4/5 fois dans l'année, n'écouter que le 3° album de Johnossi pendant deux jours, sans raison précise.

- L'album Prom de Grooms, qui permet d'enfin associer le prénom Aisha à une chanson pas complètement insupportable.

- Matthew Dear dans son église Suédoise. Matthew Dear partout, Matthew Dear tout le temps. Black City est certes sorti en 2010 mais c'est finalement l'album que j'ai le plus écouté cette année. Emmerder mon prochain avec Matthew Dear.

- Les danses des Suédois en général, les danses des Suédois après The Radio Dept. en particulier. Le mec qui dansait à côté de nous pendant Kanye au Way Out West. Entendre Can't Tell Me Nothing en live, danser avec des morceaux de rubans de papier au bout des doigts et un air ravi. Les gens qui devenaient fous pendant Edward Sharpe.

- Ecouter Pulp pendant tout le vol de retour, rentrer à la maison et écrire de longues pages impubliables sur Matthew Dear.


- Retrouver Neon Indian. Surtout s'arrêter sur Fallout et Suns Irrupt.

- Le concert de Death From Above 1979 à Rock En Seine et son public un peu épars mais passionné. On est restées pendant tout le truc à la limite de la zone de danger, soit le devant 100% masculin de la fosse, parce qu'on est des meufs et que la pluie de l'après-midi avait rendu le terrain un peu difficile, mais on en aura pas moins apprécié la puissance et la cradeur du spectacle. On a hurlé Pull Out jusqu'à s'en déchirer les cordes vocales. Et les haters n'avaient qu'à continuer à attendre les Arctic Monkeys dans la boue.

- Se compromettre dans le moshpit de My Chemical Romance pendant le même festival, le sourire au lèvres et le point levé pendant Destroya et Teenagers. La vie au delà des complexes c'est mieux.

- The Rapture à la Maroquinerie, concert passé aux pieds de Luke Jenner à tenter de contenir mon émotion et mes cordes vocales douteuses. J'avais attendu ce moment 5 ans, depuis que Pieces of People We Love avait fait office de BO à ma rentrée au lycée, donc comme vous pouvez l'imaginer, c'était pas très très beau à voir. En cadeau ils avaient mis en 1° partie ce qui s'apparentait à une portée de chatons reprenant du Animal Collective, les Anglais Beaty Heart pour être plus spécifique.

- Faire de l'eye-contact délicieusement awkward le lendemain avec Gabriel le saxo alors que je distribuais des flyers devant le concert de Primal Scream. J'aime à penser que le sourire en biais qu'il m'a adressé indiquait qu'il avait reconnu en moi l'un des 4 attardés qui chantaient les chansons de son groupe en respirant de l'hélium à la sortie de la Maro.

- Y'a eu cette semaine que j'ai passé à écouter Warpaint en boucle à l'issue de laquelle j'ai cru que j'allai tomber du côté fan des voix de filles de la force. Heureusement c'était "juste une phase", je suis revenue aux trucs plus virils peu après. Mais Jenny ça reste ma meuf dans ma tête.

- Acheter du merch Islandais avec de la monnaie Suédoise à la Flèche d'Or. Ca reste un petit exploit qu'il est bon de signaler.

- L'album de Big Troubles et surtout leur chanson Misery. Les grosses guitares faciles sur des voix d'ados.

- La date parisienne du Fat Cat Tour, juste pour le plaisir inégalable d'écouter de chatoyants accents Ecossais avec The Twilight Sad et We Were Promised Jetpacks. Vouloir retourner en Ecosse, se heurter aux réalités administratives de la fac et finalement se résoudre à moisir une année supplémentaire à Paris.

- Faire une requête à Ryan Adams pendant l'enregistrement de l'Album de la Semaine, le voir jouer la-dite requête et avoir du coup l'impression d'être la grande gagnante du jeu suprême de l'existence, parce que Ryan Adams est placé très haut dans mon panthéon personnel, il fait partie de ces musiciens dont j'ai pitoyablement tenté d'imiter le style l'espace de quelques semaines quand j'étais une lycéenne influençable. Mettre le mois suivant les pieds au Trianon pour la première fois, malgré environ 40 de fièvre et ignorer la maladie depuis le haut d'un balcon en buvant des bières pendant que Ryan déballe en contrebas 2h de chansons parfaites.

- Bon Iver et Jens Lekman à la Grande Halle de la Villette, car on va pas se mentir, ces deux là ont un peu sauvé un Pitchfork Festival en grosse demi-teinte. Y'avait aussi Real Estate et les Wild Beasts qui avaient donné un peu de sens à la première journée, mais aucun des deux n'étaient vraiment renversants. Les hot dogs New Yorkais, qui ne valent quand même pas leurs homologues suédois.

- Fin octobre je me suis souvenue que j'étais une ultra fangirl de Blur, je sais plus trop à quelle occasion c'était mais en tout cas j'ai passé deux semaines à enchérir sur des trucs les concernant sur eBay avec un argent que j'avais pas forcément, j'ai pleuré en matant No Distance Left To Run, la partie doc et la partie live, puis après j'ai passé quelques jours à m'identifier à Graham Coxon. Le problème c'est que j'ai une vue parfaite et que je sais pas jouer de la guitare, donc c'était pas évident.

- Aller voir CANT au Nouveau Casino parce que ça fait près de 2 ans qu'on a pas vu Chris Taylor se mettre sur la pointe des pieds, réfléchir à l'absurdité magique de l'existence pendant qu'il coupe les cheveux de mon amie Julie dans la salle de bain derrière la scène.

- On aura aussi vu Crash of Rhinos à l'International fin novembre. Il restait plus grand monde quand ils sont monté sur scène mais c'était d'une honnêteté remarquable, et leur façon de gueuler en choeur dans leurs micros ça m'a rendu assez heureuse. La toute fin de 2011 ce fut Iceage au Point Ephémère mais ce fut tellement bizarre que ça ne compte pas vraiment.


TL;DR:  le live > les albums.

17.8.11

When you figure out what's real I'll be standing here, a little bit older but forgiving as night into day

Ayant la terrible sensation de tourner en rond depuis pas mal de temps, j'avais lâchement laissé tomber ce blog, lassée de conter mon quotidien pas toujours fascinant d'étudiante à Paris toujours perdue entre deux concerts et deux fails scolaires. 

 Mais comme la semaine dernière j'ai un peu unlocké un life achievement en me rendant à Göteborg pour le Way Out West festival, j'ai décidé de sortir The Queen Is Dead de son état végétatif, au moins le temps d'un article. Si vous avez suivi mes aventures bloguesques ces dernières années, il ne vous aura probablement pas échappé que la Suède est la terre de bon nombre de mes amours musicales, et que faire un tour là bas faisait donc partie de mes objectifs de vie les plus pressants. Le WOW, jeune festival à la programmation toujours exquise et situé en plein coeur de la ville, était donc l'occasion rêvée d'enfin mettre les pieds sur la fameuse terre promise.

 Il faut déjà savoir que concept du Way Out West diffère légèrement de celui de la plupart des festivals de son gabarit: c'est en quelque sorte deux festivals en un. D'un côté, le Way Out West, festival open-air tout ce qu'il y a de plus classique, avec 3 scènes dans un superbe parc et des artistes qui s'enchaînent de midi à minuit environ. De l'autre, le Stay Out West, son penchant late-night où les concerts, encore plus nombreux que ceux de la journée, sont disséminés dans les clubs (mais pas que) de la ville. Le tout est aussi agrémenté de projections de films et docus musicaux, cependant nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de tester cet aspect là du festival, mais sans trop de regrets comme la plupart d'entre eux étaient diffusés dans la fort jolie mais également complexe langue locale.

    Photobucket


Nous avons donc commencé jeudi soir au Trädgår'n, sorte de club / casino / salle de concert (on a pas trop su déterminer ce que c'était, probablement un peu tout à la fois) où on a vu se produire un groupe complètement inconnu au bataillon dont nous recherchons toujours l'identité. Si j'ai bien compris c'était les vainqueurs d'un concours organisé par Telia, le Orange des Suédois, l'un des partenaires principaux du WOW. On est ensuite passés aux choses sérieuses avec The Radio Dept. Pour mon plus grand bonheur, le trio Suédois avait été annoncé la veille! Je les avais vu à La Flèche d'Or en mars dernier, où ils avaient livré une prestation de qualité, et n'espérais pas les revoir aussi tôt, et même si c'était beaucoup trop court, je n'ai pu faire autrement que de ressortir avec un sourire béat du délicieux enchaînement David / Never Follow Suit / Heaven's On Fire final. A la fin, ils ont collé un sample bizarre en quittant la scène et les gens sont devenus fous, du très grand white-people dancing à la sauce hipster locale qui nous a laissé stupéfaites. On a peu de temps après vu les demoiselles de Warpaint, un peu perdues derrière la fumée mais effectivement bien meilleures en live que sur disque, et j'ai un peu continué les sourires crétins avant qu'on reprennent difficilement le chemin de l'auberge de jeunesse où nous avions élu domicile pour la semaine. 

Le lendemain pas trop le temps de traîner, on est arrivé au Slottsskogen park peu après midi pour voir Edward Sharpe and The Magnetic Zeros ouvrir la partie plein air des festivités. Première raison de l'étonnement: le très grand enthousiasme du Suédois face à ce dangereux hippie mal peigné aux chansons relativement quelconques (pas nécessairement désagréables non plus, mais comme j'aime pas les hippies j'ai passé une bonne partie de son set à me gratter le cou d'un air dubitatif, surtout que la nana qui chante parfois avec Edward n'est pas du tout capable d'émettre des sons corrects, et finalement le public avait plus d'intérêt que la petite dizaine de musiciens sur scène donc ça m'a tenue occupée.) Après ça on avait faim donc on a retraversé le parc pour se poser devant l'Azalea, deuxième grande scène, où était installé Christian Kjellvander, un blond avec une voix grave délicieuse qu'on ne connaissait pas du tout et qui joue une alt-country assez heavy d'excellente facture. J'ai dégusté des taccos assise dans l'herbe devant ça et j'étais assez heureuse. Après on voulait un peu écouter les Avett Brothers mais c'était vraiment trop fort donc on a opté pour l'option bière. Il faut savoir qu'en Suède tu ne peux pas acheter de la bière n'importe où sur les festivals. Il faut rentrer dans un espace spécial, avec contrôle d'identité à l'entrée, et tu ne peux pas ressortir avec ta bière dudit espace. Double effet: limitation des déchets et de l'alcoolisme. De manière assez astucieuse, on y trouve aussi des toilettes, dont une qui était tapissée de bonbons et de peluches. Ca a l'air gross dit comme ça mais il faut savoir que dans ce pays les gens sont super respectueux des toilettes, qui sont donc extrêmement propres par rapport à leurs homologues françaises ou britanniques (j'ai pas eu l'occasion de tester d'autres nationalités en festival), d'ailleurs globalement le site du festival est assez nickel, le suédois conserve et recycle ses déchets, il fume également peu donc pas de dizaines de mégots au m2 – ça vous change la vie, s'asseoir par terre est tout de suite moins dangereux. Bref thumbs up pour le civisme des Suédois et leur côté eco-responsable remarquable, c'est quand même sympa un festival qui évite un minimum le côté porcherie inhérent aux grands rassemblements d'homo sapiens.


  Photobucket


Après ça: nous sommes allés voir Janelle Monae, qui est armée sur scène d'un band de qualité, avec choristes, section cordes et percussionnistes doués. Elle a même une sorte de Monsieur Loyal pour ouvrir son show. Un bon moment live, dont nous avons cependant skippé la dernière chanson dans une optique de placement pour les Hives, qui enchainaient directement sur la Flamingo, la scène principale du WOW (quoi que de dimensions comparables à l'Azalea, petit mystère à ce niveau là). C'était mon 4° concert des Hives depuis 2007, et indubitablement le plus calme, plein jour et public très chill faisant. Animée par un profond amour pour les frères Almqvist et leurs trois acolytes, j'étais bien évidemment enchantée de pouvoir les admirer sur leur terre natale, et fut absolument ravie d'entendre pour la première fois ce grand moment de Barely Legal qu'est Hail Hail Spit N' Drool en live. On a aussi pris de la nostalgie dans le nez avec quelques jolis morceaux choisis du Black & White Album, et souffert de pas mal d'incompréhension pendant les longs discours inter-chansons de l'ami Pelle, évidemment pas en Anglais cette fois-ci, et nous avons donc du nous passer de ce qui est une part importante de leur live shows: le goût de l'enfant de Fagersta pour le non-sens. Je sais seulement grâce à une aimable festivalière ayant compris notre détresse que l'homme bitchait abondamment sur Prince, probablement amer de ne pas jouer plus tard dans la soirée. Comment lui en vouloir? Suite à cette agréable prise de nouvelles avec les Hives, nous sommes allés nous détendre face aux Fleet Foxes, autre groupe que j'affectionne beaucoup mais que je n'avais par contre jamais eu l'occasion de voir sur scène. Rien de bien spécial à raconter, c'était tout à fait charmant et la setlist était globalement solide bien que le nouvel album fonctionne quand même un peu moins bien que leur éponyme. Nous avons aussi su apprécier les petites blagues de Josh-le-batteur, qui lui proposait de reprendre Purple Rain (ce qui ne fut évidemment pas fait, Dieu merci).


  Photobucket


Ensuite Julie et moi avons laissé Anthony s'approcher le plus possible de son idole Robyn, contemplant l'affaire d'un peu plus loin parce que j'en attendais pas grand chose mis à part The Girl and The Robot. Pas mauvais, mais plutôt pas mon truc. Nous nous sommes après caillés très fort dans l'herbe en contemplant Thåström, gloire nationale ayant attirée de nombreux pères de famille en tshirt assortis voulant probablement revivre leurs 20 ans. On a rien compris car l'homme chantait en Suédois mais apparemment les gens étaient contents, et ça sonnait plutôt bien, puis les pères de famille étaient très intéressants à observer. Puis vint l'heure de l'autre headliner, le principal: Prince. On voulait quand même voir ça de pas trop loin, l'homme étant qu'on le veuille ou non un monument de la musique, mais la déception fut intense et le public bien trop dur à affronter pour qu'on n'ait pas envie de fuir au bout d'un quart d'heure (on retiendra particulièrement ce cinquantenaire en veste léopard qui a tout bonnement décidé d'allumer un cigare à côté de nous. UN PUTAIN DE CIGARE. Et en plus il portait un monocle, incarnation terminale du WTF). Nous ne furent les seuls à adopter la stratégie de la fuite face à ce dégoulinement écoeurant de guitares kitsch et de prétention vu la vitesse de croissance des rangs d'Empire of The Sun, qui se produisaient simultanément sur la Linné, aka la scène couverte (les Australiens pratiquent eux aussi une certaine forme de kitsch, je vous l'accorde, mais que voulez vous je kiffe leurs costumes). Une fois ma dose de 2009 ingérée, on a sauté dans un tram direction la même salle que la veille pour voir WU LYF, le nombre de places étant extrêmement limité. Une fois sur place, nous avons pu récupérer un bon spot dans le public, hélas une petite armée de « fans » Suédois surexcités et surtout surdéfoncés ont eu raison de mon genou et par la même occasion de ma capacité à apprécier le spectacle, même si je reconnais que les Mancuniens n'étaient pas mauvais. Mais c'est pas non plus the Second Coming donc fallait pas se mettre dans des états pareils. Ca m'a au moins donné une bonne raison d'administrer quelques coups de poing pour évacuer ma haine, ce qui fait toujours du bien. Après on s'est un peu perdus dans la nuit et on a dormi jusqu'à des heures pas correctes à cause de la fatigue.


  Photobucket


Nous étions cependant à l'heure pour le set de (ré)ouverture de Twin Shadow, qui étaient gravement touchés par la fatigue et des balances bien trop vite expédiées, cependant il est toujours agréable d'entendre Forget et Castles in The Snow, même avec un mix très discutable. Ensuite même schéma que la veille, on retourne s'asseoir dans l'herbe pour contempler du Suédois à guitare, cette fois ci le petit Tallest Man on Earth, bien seul avec sa folk sous le bras sur la grande Azalea. Lui aussi ajout de presque dernière minute au line-up, il nous a livré un set absolument ravissant et adapté au moment, rien à redire. Observation lointaine des Jayhawks en dégustant du riz sauce cacahuète avec des brochettes de poulets -le côté capital de la bouffe dans le contexte festivalier-, puis Noah & The Whale ont investi la scène pour livrer l'un des plus charmants sets de la semaine, à l'image de leurs jolis costumes propres et bien taillés. Là aussi c'était pour moi une première fois live, ayant raté les anglais à bien des occasions. Petit regret sur le manque de titres de The First Days of Spring, mais par contre ils nous ont joué une cover de Robyn qui a ravi pas mal de monde (moi j'aurais préféré un Stranger, mais que voulez vous). On a ensuite vu un petit morceau de Jamie Woon (pas très convaincant, assez James Blakien dans l'âme, which means chiant), puis la seconde moitié du set de Säkert afin de se positionner le plus près possible de la scène pour Pulp, ce qui n'était pas aisé vu le nombre de fans de Kanye au mètre carré, et pourtant le festivalier du WOW n'est pas du genre à attendre des heures devant une scène. L'attente devant la Flamingo s'est effectuée sur fond de Wiz Khalifa qui se produisait alors sur l'Azalea. Puis entrée en scène de Jarvis & co, qui ont délivré ce qui aurait pu être une excellente performance, hélas gâchée par une basse beaucoup trop forte (mais vraiment trop, du type qui vous fait vibrer l'arrière du crâne et vous paralyse un peu, ce qui n'est pas normal si vous voyez ce que je veux dire). Un concert en forme de best of mené par un leader bavard et toujours prêt à dépanner le public d'une barre chocolatée ou d'une bière, impossible de passer un mauvais moment dans ces conditions. Petite cerise sur le gâteau, la troupe est rejointe pour son dernier titre (évidemment Common People) par Tom, l'adorable petit violoniste de Noah & The Whale, qu'on avait aperçu un peu plus tôt sur le côté de la scène avec son camarade chanteur Charlie Fink, tous deux très occupés à réciter les paroles du groupe. Cette agréable surprise fut hélas gâchée par un violon complètement noyé sous cette foutue basse, mais le sourire ravi de Tom a servi de compensation.


  Photobucket


Vint finalement Ariel Pink, parmi les derniers groupes de la journée au parc. Plutôt fidèle à sa réputation, l'américain nous a déroulé un spectacle joliment bordélique mais pas trop non plus parce qu'il avait tout de même l'air assez ravi d'être là et de pouvoir librement hurler dans son micro. Un peu de sing-along sur Round & Round et nous nous sommes interrogés sur l'état de santé du Haunted Graffiti, son backing band plutôt irréprochable mais assez décharné. Nous avons ensuite retraversé le parc, observé la fin de Tiësto et ce qui devait probablement être la seule partie intéressante de son set, à savoir les canons à confettis, fumées et grands rubans option feu d'artifice. Force est de reconnaître que cette portion était plutôt impressionnante, mais sinon c'est assez boumboum dans la structure. Puis vint enfin Kanye West, le fameux, le tant attendu. Mise en scène à la fois sobre et titanesque: bas relief gréco-romain, scène immaculée avec un simple podium, et l'entrée sur une plateforme s'élevant dans la fumée, le spectacle en 3 actes, et absolument tous les tubes pour 2 heures de show. Il est littéralement impossible de rester de marbre face à ça, même si comme moi on est pas du tout fan des terribles débordements d'ego permanent de l'homme et de sa tendance à se comporter comme un rouleau compresseur. C'est un putain de show et les chansons sont bien là, puis on a même eu droit à un feu d'artifice à la fin, alors que demande le peuple? 

Puis Kanye est parti et je suis allée rejoindre le concert que j'attendais probablement le plus de tout le festival, à savoir celui de Matthew Dear dans l'Annedalskyrkan, une très belle église juste à côté du parc. Je suis un peu (understatement) fascinée par son dernier opus Black City depuis que je l'ai vu ouvrir pour Interpol au Zénith en mars dernier, et la simple idée de le voir jouer un album aussi vénéneux et sombre dans une église suédoise en pleine nuit m'obsédait. D'abord, il y a eu Nicolai Dunger qui a fait des très belles choses avec des guitares et des vocalises. Mes deux comparses de festival ayant opté pour d'autres options musicales ce dernier soir, j'étais seule avec des inconnus, sagement assise sur mon banc en bois, et complètement absorbée par la musique. Puis Nicolai & co ont quitté l'autel pour laisser place à Matthew, ses machines et son live band peu avant 2h du matin. Difficile d'imaginer une meilleure conclusion à un festival, tout était là: d'abord, l'acoustique et l'esthétique parfaite, avec l'immense crucifix en fond de scène et les lumières irréelles, et surtout les chansons stupéfiantes, bizarrement parfaitement adaptées à ce contexte surréaliste. Il est arrivé par l'allée centrale et a ouvert avec More Surgery, et après s'être balancés maladroitement sur nos bancs, nous avons fini au milieu du deuxième titre par nous lever pour danser entre l'autel et l'allée. Disparition totale et soudaine de toute forme d'inhibition. Même sur Slowdance on a été incapables de rejoindre nos sièges. On a atteint l'extase suprême trois ou quatre fois, Matthew et son néon portable étant simplement magistraux, et on aurait aimé que le concert ne prenne jamais fin parce que c'était bêtement beaucoup trop bon. Gem, où Matthew était seul aux machines, était indubitablement le plus beau moment, puis le reste du groupe est revenu, ils ont fait deux derniers titres avant de s'éclipser. Nous avons donc quitté le lieu sacré les oreilles bourdonnantes vers 3 heures du matin, tirant nerveusement sur nos cigarettes tout en tentant de faire sens de ce concert si particulier. Et cette fois ci j'ai pas pris le tram, pour tenter de prolonger cette fin parfaite de Way Out West. 

(sinon au niveau des photos nous avons: Nicholaus et Pelle des Hives, Robin et Skye des Fleet Foxes, le groupe de papas qui se soutenaient psychologiquement pendant Thåström et le bassiste de WU LYF qui n'a pas gardé longtemps ses vêtements. J'ai hélas été lâchée par ma batterie le samedi)