17.1.09

Lick Your Cigarette And Then Kiss Me

Vous n'êtes probablement pas sans ignorer que Franz Ferdinand vient tout juste de sortir un nouvel album après 3 longues années d'attente, et la critique qui va suivre ne sera donc surement la première que vous lirez à ce sujet, mais néanmoins il me semblait nécessaire d'évoquer ce tant anticipé nouvel opus des 4 Glaswegians. Franz Ferdinand, pour resituer, c'est simplement un des premiers groupes à obédience indie rock que j'ai écouté avec attention et passion du haut de mes 13 ans, et même que mes meilleurs scores sur le Singstar Rock (oui, à l'époque Guitar Hero ça n'existait pas alors on se prennait pour une rockstar avec les moyens du bord), je les faisais toujours sur Do You Want To (et Somebody Told Me, mais c'est une autre histoire), dont j'adorais tellement le clip que le jour où je me suis rendue à Glasgow j'ai fait un pèlerinage à l'Art School que ces messieurs avaient fréquenté dans le but de tenter de m'imprègner de l'ambiance arty qui devait dans mon esprit y régner. Aussi, Dark Of The Matinée est un membre permanent de mon top 10 ultime. Bref pour faire dans la litote, Alex, Nick, Paul et Bob, je les aime plutôt bien, et ce Tonight : Franz Ferdinand, j'avais placé pas mal d'espoir dessus.


Donc déjà que ce soit clair, ici pas de Dark Of The Matinée, mais en même temps ça aurait été un peu inespéré, et ça ne ressemble pas à outrance aux deux prédecesseurs, ce qui est logique compte tenu des années qui les séparent. On est pas tous AC/DC. L'album s'ouvre par Ulysses, premier single officiel tiré de l'album au clip assez barré que vous devez voir. Du Franz Ferdinand pur jus, même si la formule a quelque peu dérivé du guitare/basse/batterie ultra efficace et cadré des débuts, plutôt dans le sens mélodie qui vous accroche instantanément et qui vous donne des pulsions d'imitation de déhanchements Kapranesques inquiétantes pour vos proches. Donc un titre qui marche tout de suite.

On continue avec Turn It On, bonne chanson mais pas non plus du domaine de l'inoubliable. Puis No Your Girls, que vous aurez potentiellement entendu cette semaine dans le dernier épisode de Gossip Girl en date (ou comment glisser Chuck dans une critique de FF. *fierté*). Pour ne pas y aller par quatre chemins, celle là est vraiment fabuleuse avec une basse énorme, hymne immédiat qui a toutes ses chances de devenir le prochain single et de faire des ravages en live avec refrain immédiatement mémorable, dans la lignée du FF des débuts donc. Send Him Away, pas génialissime, y'a quelque chose d'étrange qui me gène dans cette chanson, comme si elle ne démarrait jamais vraiment.


Twilight Omens, ou l'usage intéressant des synthés sans tomber dans la caricature guimauve 80's insupportable qui fait bailler. Elle symbolise bien l'évolution du groupe sans pour autant laisser présager un grand moment d'ennui en concert. Ensuite Bite Hard, bonne chanson mais qui ne laisse pas vraiment de souvenir impérissable, et What She Came For est par contre d'excellente facture, surtout la fin qui est simplement jouissive (pas trouvé de meilleur adjectif mais il est 10h du matin, je suis moyennement réveillée mais doit rédiger absolument cet article avant de partir mourir d'ennui pour le reste du weekend, donc je m'auto-excuse, puis après tout on parle ici de Franz Ferdinand et quand j'y réfléchis bien l'usage de l'adjectif "jouissif" à leur égard est tout à fait tolérable et même régulièrement usité par de nombreuses personnes donc voilà, enfin j'arrête de me justifier car cette parenthèse commence à être longue. Bref, jouissif.)


Quant à Live Alone, je n'ai pas grand chose non plus à dire à son sujet, mais c'est un titre de bonne facture. On enchaine sur Can't Stop Feeling : pas descriptible mais un des grands moments de Tonight, essentielle. Le petit truc bizarre là, qui doit être émis par une pédale d'effet très étrange, c'est une fabuleuse trouvaille. Vient Lucid Dreams, que ces messieurs avaient sorti en préécoute sur leur site officiel il y a quelques mois, histoire de faire grimper l'impatience dans les rangs de leurs fans. Et là, surprise : ce n'est plus du tout la même chanson : alors que la première s'inscrivait dans la veine "Franz Ferdinand Classique", on se retrouve ici plongé dans un morceau épique qui affiche 8 minutes au compteur et qui se roule alègrement dans l'electro. Forcément sur le coup ça choque un peu, surtout quand on aimait beaucoup la version précédente, mais à force d'écoute je suis étrangement conquise.


Puis Dream Again, titre on ne peut plus opposée à son prédecesseur, dans la lignée d'Eleanor Puts Your Boots Back On mais avec une vilaine gueule de bois. Encore du très bon. Et enfin, Katherine Kiss Me, qui est en quelque sorte le pendant acoustique de No You Girls version déprimé en phase terminale. Et c'est très beau, très très beau, un peu la parfaite conclusion pour un album comme celui-ci.

Pour tenter de résumer, le changement de direction est beaucoup moins violent que ce à quoi je m'attendais, et si le groupe perd un peu de son immédiateté ultra efficace d'avant qui l'avait rendu incourtournable avec Take Me Out, il semble par ailleurs gagner ici en profondeur. Ca n'est pas un album parfait dans le sens où leur premier en était un (cad strictement rien à jeter), mais après les récentes grosses déceptions de ces derniers mois avec des nouveaux albums moyens de groupes capable de choses fantastiques (aucun groupe de Nashville n'est ici visé de manière peu implicite), les Franz sont eux parvenus à livrer de la qualité, et je continuerai donc à joyeusement les maudire de faire semblant d'ignorer l'existence du Sud-est, et ce pendant un certain temps. Puis de toute façon s'ils avaient persisté à coller à la veine FF/You Could Have It So Much Better, ils s'en seraient fort probablement pris plein la gueule. (Sinon dans la catégorie "finalement 2009 commence bien", il est probable que cet article soit élargi d'une critique de To Lose My Life si je suis en mesure de rentrer chez moi mercredi prochain.)

11 commentaires:

Heard a dit…

"finalement 2009 commence bien"
Faudrait que tu m'explique le, "finalement" là, on sait depuis 3-4 mois qu'un nouvel Animal Collective est prévu en janvier 2009, donc 2009 ne pouvait que bien commencer.

Amélie a dit…

great great great merci une fois de plus pour la critique musicale.
je me vais de ce pas sur deezer écouter ce fameux album

x

Lazy-gun a dit…

D'accord avec toi dans l'ensemble, sauf peut-être pour Send him away que j'aime plutôt bien.
Et j'étais tellement amoureuse de la première version de Lucid Dreams que celle là ne passe pas du tout avec moi ... Enfin, peut-être que comme toi, au bout de plusieurs écoutes, ça passera =)

perroline/coke-lico a dit…

bravo, tu as réussi à parler de GG dans une critique d'album, j'avoue, il fallait le faire.
"le pendant acoustique de No You Girls version déprimé en phase terminale" >> LOL
très léger le sous entendu pour KOL, personne n'a compris je suis sûre.
sinon étant donné que j'ai pas encore écouté le nouveau FF (oui je sais, shame on me, mais bon, les périodes de bac blanc sont pas super propices à l'écoute d'albums)
critique des white lies bientôt alors?
bisou

Axeley a dit…

déhanchements Kapranesques..j'adore =D
Ta critique m'a donné envie de réécouter l'album dis donc..moi qui allait le jeter au placard de mon pc jusqu'à sa sortie officielle, je retente une nouvelle écoute...qui sait, je vais peut-être finir par bien l'aimer...
Les Kol..RIP (je crois l'avoir déjà dis, mais le redire n'est jamais de trop.)
Sur ce. ++

Juliet a dit…

@ Lazy-Gun : en fait c'est vraiment ça, je crois que Lucid Dreams demande un temps d'adaptation si toi aussi tu as trop écouté sa première version. Et en fait le truc avec Send Him Away c'est que je la trouve un peu anecdotique par rapport au reste.

@Amélie : mais de rien voyons.

perroline/cpke-lico a dit…

oui décidément, beaucoup de subtilité dans tes articles ^^
dommage pour la review des WL, j'attendrai ce week end... et non je ne l'ai pas encore écouté, je suis complètement en retard pour tout en ce moment, c'est assez pénible, j'ai l'impression d'être complètement inculte. enfin bon, il faut que je me rattrape.
à bientôt Mme Bass
xxxx

Hate and War a dit…

Bon dieu, cet album a l'air carrément génial et je vais allez courir l'acheter avant d'aller au concert du 1er avril à Toulouse !! <3

Charlotte a dit…

comment ça axeley les KOL rip? (dsl fallait que je défende caleb mon mari (malheureusement)
merci pour cette jolie critique en tout cas qui me donne envie quand même de télécharger ce nouvel opus des franz ferdinand
je dois aussi ajouter un grand merci pour m'avoir appris comment dénommer les habitants de Glasgow...

Axeley a dit…

Charlotte : Ils me répondent un molly chambers en différent je les déterre volontiers.
Merci, juliet. Finalement, je l'aime bien le nouveau Franz. Bien sur, le charme sera à jamais rompu mais tout de même c'est un bon album.
+++

CLANDESTINES/ Rebecca a dit…

Merci.
Ta critique est pas mal non plus tu as tout de même réussit à placer Chuck Bass!! On devrait plus souvent se lancer des défis dans ce style, insérer des gens qui n'ont absolument rien à voir avec un album c'est très drôle